TOP
Globe-trotteuse

Allo Québec

J’adore voyager et découvrir de nouvelles choses. C’est à 15 ans que j’ai pris, pour la première fois, la décision de quitter le nid familial pour m’aventurer 3 mois à Hambourg. Cet échange scolaire aura eu le mérite de me faire découvrir une ville fantastique. Ma correspondante et moi n’avions aucun atome crochus et les autres adolescents semblaient ne pas vouloir se fatiguer à parler plus doucement. Je me suis donc fait une seule amie durant ce périple : une toulousaine dans la même situation que moi. A mon retour, j’ai découvert les joies de la déprime post-voyage : celle où l’on s’assied dans son canapé en pensant que la vie est nulle. Je savais déjà que je repartirai.

Même si les débuts ont été très difficiles, à chaque fois que je parle de ma vie, je raconte cet échange scolaire comme l’un de mes plus beaux souvenirs. J’ai adoré passer tout ce temps hors de chez moi, découvrir de nouvelles villes, rencontrer de nouvelles personnes et par-dessus tout, je me suis prouvée que j’étais capable. Voyager (seule) me donne confiance en moi : quand on a 22 ans, c’est difficile de se considérer comme une adulte lorsqu’on est une petite fille aux glandes lacrymales sensibles…

Ce que je préfère pendant un voyage ? Découvrir de nouveaux endroits. Je pense que c’est à cause de cette passion pour la découverte et l’émerveillement que j’ai signé sans hésiter pour partir étudier 4 mois à l’Université de Sherbrooke, au Québec.

Il m’a fallu près de 6 mois pour effectuer toutes les démarches administratives pour ce voyage : passeport, lettre d’admission, sécurité sociale, assurances et bien d’autres. Premier pincement au cœur quand j’ai acheté les billets d’avion en octobre : ça ne rigole plus, c’est du sérieux. Chez moi, c’était la fête ; dans ma tête c’était horrible. S’en vient le temps des questions : pourquoi faire ça ? Et si ça se passe mal ? Si je déprime ? Est-ce que je vais me faire des amis ?

Je remercie aujourd’hui mes parents, mes sœurs et mon chéri pour m’avoir poussé à partir… Parce que je ne serais jamais montée dans cet avion toute seule. Je n’avais qu’une envie : laisser tomber, appeler l’université, dire que je ne venais plus et me terrer dans ma chambre. Soyons sincère, j’écris ces lignes 4 jours après mon arrivée au Québec et je suis déprimée évidemment. Tout le monde me manque, même mon boulot d’hôtesse de caisse dans un hypermarché.

Direction le Québec ✈

Aéroport de Montréal sous la neigeLe voyage en avion s’est fait sans encombre, si on ne prend pas en compte le fait que mon université ne m’avait pas demandé de faire la demande d’une Autorisation de Voyage Électronique, que j’ai dû faire juste avant l’enregistrement de ma valise… Un gros stress pour une demande faite en 2 minutes ! Le voyage a duré environ 8 heures : départ à midi, arrivée à 14h à Montréal. J’ai découvert un aéroport complètement enneigé ! J’ai alors rejoint la personne qui me logeait à l’extérieur de Montréal. Le cœur serré, je me suis endormie à 20h comme une petite mamie.

Le lendemain, je me lève de très bonne humeur, prête à affronter la ville enneigée. Je me devais de récupérer les papiers pour l’assurance maladie québécoise, obligatoire pour mon inscription à l’université. Après 40 minutes de bus, 15 minutes de métro et 10 minutes de marche, je trouve enfin le bâtiment !!! Vous vous en doutez, c’était fermé.

J’en ai profité pour rencontrer un ami de Twitter : nous avons fait une petite balade du côté du Mont Royal. Après cette petite marche de 40 minutes et une belle montée d’escaliers, j’ai eu accès à un très joli panorama de Montréal… Merci Vianney de m’avoir montré ça ! Et merci de t’être moqué de mon cardio et de ma respiration !

Escalier du Mont Royal

Le lendemain matin, j’ai déposé ma valise à la gare d’autocars de Montréal ; une fois mon billet pour Sherbrooke en poche, je suis retournée à l’assurance maladie. Une jolie file d’attente s’était déjà formée… Munie de mon Kindle, j’ai patiemment attendu mon tour. En ce moment, je lis Journal d’une Princesse de Carrie Fisher.
Après une petite heure, j’ai pu obtenir les papiers nécessaires pour mon inscription à l’Université. Je suis montée dans le bus qui allait m’amener dans mon nouveau petit chez moi.

Tu reprendras bien un peu de neige ?

Dès mon arrivée, ma logeuse m’a tout de suite présenté les lieux : les magasins, les banques puis la maison. J’apprends qu’elle a deux enfants et que je serai seule pour l’instant à l’étage réservé aux locataires. L’idée d’habiter au sous-sol d’une famille ne me gêne pas, mais j’avoue que j’aurais peut-être préféré me retrouver avec des colocs de mon âge… Quoi qu’il en soit, les enfants sont très mignons et ma logeuse est très gentille avec moi donc tout va bien. J’ai donc une chambre d’environ 12m², un petit coin cuisine aménagé, mon propre frigo et ma salle de bain : au top.

Balade au Mont Royal

Ma première journée à Sherbrooke était horriblement froide : -21° ressenti -30°. Quel bel accueil, merci Québec ! Heureusement, j’ai passé le weekend au chaud sous ma couette à lire et à regarder Orange is the new Black (je ne suis que très peu en retard). Au début, je trouvais que le grand manteau blanc de la ville était un peu déprimant… Mais je crois que je commence un peu à m’y habituer… C’est joli, quand on regarde ça de l’intérieur 😉

Il neige dehors

Dans le prochain article, je vous raconterai ma première semaine de cours à l’Université de Sherbrooke !

A très vite,

Xoxo 💜

(Visited 108 times, 1 visits today)

Louizz

Louise, pur produit de la génération internet : réseaux sociaux & jeux vidéos.

«

»

what do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *